Achat maison en période de coronavirus : bonne ou mauvaise idée ?
Chat en live
Aller au contenu principal

Chez Credishop nous prenons tout au sérieux, également votre sécurité.  Pour notre et votre sécurité, nos collaborateurs sont équipés d’un masque buccal et utilisent du gel pour les mains.  Nos rendez-vous sont organisés derrière un plexiglas et nos bureaux sont désinfectés après chaque rendez-vous.  Nous mettons tout en œuvre afin que vous puissiez bénéficier d’un accompagnement personnalisé en toute sécurité. N’hésitez pas à prendre contact avec nous afin de convenir d’un rendez-vous (VOUS ETES SAFE).

Chez Credishop nous prenons tout au sérieux, également votre sécurité.  Pour notre et votre sécurité, nos collaborateurs sont équipés d’un masque buccal et utilisent du gel pour les mains.  Nos rendez-vous sont organisés derrière un plexiglas et nos bureaux sont désinfectés après chaque rendez-vous.  Nous mettons tout en œuvre afin que vous puissiez bénéficier d’un accompagnement personnalisé en toute sécurité. N’hésitez pas à prendre contact avec nous afin de convenir d’un rendez-vous (VOUS ETES SAFE).

Acheter une maison en période de coronavirus : bonne ou mauvaise idée ?

Crédit hypothécaire

25 September 2020

Voilà plusieurs mois maintenant que le Covid-19 s'est imposé dans notre quotidien. Que faire dès lors si vous avez un rêve immobilier et envisagez d'acheter une maison ? Est-il judicieux de franchir le pas en période de coronavirus ou vaut-il mieux attendre ?

Marché immobilier et pandémie

Quand le Covid-19 s'est propagé à grande échelle et que notre pays a connu un premier confinement, les agences immobilières n'ont eu d'autre choix que de fermer leurs portes et les visites ont été suspendues. Certains agents immobiliers ont alors redoublé de créativité et cherché des outils digitaux pour malgré tout pouvoir montrer des biens aux acheteurs potentiels, mais comme l'achat d'une maison demande toujours un certain regard, beaucoup de candidats ont préféré attendre

Le coronavirus a aussi eu pour effet que les gens ont pris plus de temps pour regarder d'autres habitations et comparer les différentes options. De leur côté, les courtiers en crédits ont été assaillis de nombreuses questions relativement générales. En résumé, le temps supplémentaire subitement disponible a été largement mis à profit. Les achats et ventes de biens immobiliers, en revanche, ont nettement diminué.

Une fois levé le confinement, les agences immobilières se sont remises au travail et tout est alors allé très vite. Avec même des files d'attente et des maisons vendues au prix demandé (et excessif) plutôt qu'à la valeur réelle… Avec aussi plus de concurrence entre acheteurs, ce qui n'a fait que pousser les prix à la hausse. Dans le même temps, les questions aux courtiers en crédits hypothécaires se sont faites plus concrètes et le nombre de dossiers de crédit a suivi une trajectoire ascendante. 

De quoi reléguer le Covid-19 au rang de mauvais souvenir ?

Hélas non. Un deuxième pic a en effet suivi durant l'été, avec de nouveau des mesures drastiques (limitation des bulles par exemple), mais pas de nouveau confinement. Et sur le marché immobilier, de nombreux acheteurs potentiels préfèrent toujours attendre à cause de la peur de perdre leur emploi dans les prochains mois.

Le coronavirus va-t-il rendre les maisons plus chères ?

Une question récurrente consiste à savoir si les prix des maisons vont augmenter du fait du Covid-19. Plusieurs critères objectifs font qu'une maison coûte plus cher qu'une autre : valeur EPC, état du bien (nouvelles portes et fenêtres, chauffage central, …).

Avec le Covid-19, des paramètres subjectifs vont désormais aussi influencer la valeur d'une habitation, comme la possibilité de télétravailler. Avant le coronavirus, cela était rarement très important.

Aujourd'hui, les choses ont changé dans la mesure où le télétravail est devenu pratiquement une seconde nature pour bon nombre de travailleurs. Les maisons ou appartements offrant un espace nécessaire pour télétravailler devraient ainsi voir leur valeur augmenter. Le prix des maisons ou appartements possédant un jardin ou une terrasse est aussi appelé à augmenter dans les mois à venir.

Nous avons en effet tous pu constater à quel point il était agréable de pouvoir profiter du soleil et de la lumière pendant le confinement. Et qui oserait prédire aujourd'hui qu'il n'y aura plus jamais de confinement ? Parmi les autres caractéristiques pouvant influencer positivement la valeur d'une habitation, citons encore la proximité d'un « poumon vert » (comme un parc ou un bois) et/ou la localisation en dehors de la ville (les gens ont besoin d'espace et de pouvoir bouger).

Maisons toujours chères en raison de la faiblesse des taux hypothécaires

L'offre et la demande d'habitations dépendent du niveau des taux d'intérêt : 

  • plus les taux sont bas, plus les prix de l'immobilier augmentent
  • plus les taux sont élevés, plus les prix de l'immobilier diminuent

Il est important d'en avoir bien conscience si vous envisagez d'acheter une maison. Pensez donc toujours à faire procéder à une estimation indépendante si vous pensez avoir trouvé la maison de vos rêves, au risque de payer plus que nécessaire. Voici 5 raisons pourquoi il faut mieux de laisser expertiser votre maison avant l'achat.

Nous dirigeons-nous vers une hausse des taux hypothécaires ?

Non. Du moins pas tout de suite. La Banque centrale européenne a ainsi tout fait, avant même le coronavirus, pour que les taux restent le plus bas possible et l'effet Covid-19 joue à présent à plein : l'économie doit continuer à tourner et les banques doivent dans ce cas jouer leur rôle de facilitatrices.

Autrement dit, mettre de l'argent à disposition des particuliers et des entreprises pour que ceux-ci puissent investir. Seulement, la confiance des consommateurs est aujourd'hui plutôt faible et la crise du coronavirus a rendu les banques plus frileuses en matière d'acceptation des demandes de crédit.

Jusqu'à combien pouvez-vous encore emprunter pour acheter une maison ?

La Banque nationale de Belgique, l'organe de surveillance du secteur financier, a rédigé des directives invitant les banques à faire preuve de plus de sévérité. Les candidats acheteurs ne peuvent ainsi pas emprunter plus de 90 % du prix d'achat, mais cela est évalué par les banques au niveau de leur portefeuille. Autrement dit, des exceptions sont toujours possibles, même si cela reste des exceptions. Contactez nos spécialistes en crédit hypothécaire.

Quels sont les frais à l'achat d'une maison ?

Ces frais supplémentaires peuvent être relativement élevés. Prenons l'exemple d'une maison de 200.000 €, que vous voulez acheter comme habitation propre et unique. Les frais varieront d'une région à l'autre :

•  Flandre : +/- 10.500 € pour les droits d'enregistrement et les frais de notaire
•  Bruxelles : +/- 7.500 € pour les droits d'enregistrement et les frais de notaire
•  Wallonie : +/- 26.500 € pour les droits d'enregistrement et les frais de notaire

Ces frais supplémentaires vous obligeront donc à disposer de fonds propres plus importants si vous voulez acheter votre première maison.

De combien de fonds propres avez-vous besoin pour acheter votre première maison ?

Pour le savoir, nous avons établi un rapide (et donc incomplet) plan financier par région.

Flandre
•  Prix d'achat : 200.000 € 
•  Frais supplémentaires : 10.500 € 
•  Vos besoins de crédit : 215.000 €  
•  Montant maximum à emprunter : 90 % x 200.000 € = 180.000 € 
•  Fonds propres nécessaires : 215.000 €  - 180.000 € = 35.000 € 

Bruxelles
•  Prix d'achat : 200.000 € 
•  Frais supplémentaires : 7.500 € 
•  Vos besoins de crédit : 207.500 € 
•  Montant maximum à emprunter : 90 % x 200.000 € = 180.000 € 
•  Fonds propres nécessaires : 207.500 € - 180.000 €  = 27.500 € 

Wallonie
•  Prix d'achat : 200.000 € 
•  Frais supplémentaires : 26.500 €
•  Vos besoins de crédit : 226.500 €
•  Montant maximum à emprunter : 90 % x 200.000 € = 180.000 €
•  Fonds propres nécessaires : 226.500 € - 180.000 € = 46.500 €

Pouvez-vous encore emprunter la totalité du prox d'achat ? Ainsi les frais?

Oui, mais ce ne sera pas évident. La Banque nationale de Belgique autorise les banques à accorder une quotité supérieure à 90 % pour une partie déterminée de leur portefeuille de crédits habitation.

En d'autres mots, des prêts hypothécaires pour lesquels le client emprunte plus de 90 % de la valeur de la maison. Vous devrez pour cela respecter un certain nombre de conditions que nos spécialistes  se feront un plaisir de vous expliquer. Prenez rendez-vous dès aujourd'hui.